Ugni blanc

B

Variété de raisin de cuve et pour eaux-de-vie.

Your alt text
Your alt text
Your alt text
Origine

L’origine géographique de la variété est précisée ou par défaut, sa zone de culture traditionnelle. L’origine généalogique de la variété est également indiquée lorsqu’elle est connue grâce notamment aux analyses génétiques publiées ou bien obtenues par l’équipe AGAP-DAAV de Montpellier et du Domaine de Vassal (INRAE et Institut Agro Montpellier).

Ce cépage est originaire d’Italie (Toscane) où il est cultivé sous le nom de Trebbiano toscano.

Utilisation

Cette information indique l’usage normal et réglementaire qui peut être fait des raisins.

Variété de raisin de cuve et pour eaux-de-vie.

Nom de la variété en France

Nom sous lequel la variété est officiellement inscrite au Catalogue des variétés de vigne en France

Ugni blanc

Synonymie

Noms alternatifs pouvant désigner la variété en France, sous certaines conditions réglementaires, ou dans d'autres pays membres de l'Union Européenne.

Dans l'Union européenne, l'Ugni blanc est officiellement désigné par d'autres noms : Biancame (Italie), Talia (Portugal), Trebbiano (Chypre, Malte) et Trebbiano toscano (Chypre, Italie, Malte). Ces synonymes sont officiellement reconnus en France pour ce qui concerne le matériel végétal de multiplication.

Données règlementaires

Cette information indique dans quels pays membres de l’Union Européenne la variété est officiellement inscrite. Sauf mention contraire, la variété en question est inscrite sur la liste A c’est-à-dire que les plants produits peuvent être commercialisés au sein de l’Union européenne et sont éligibles au classement vitivinicole en France. S’il est précisé que la variété en question est inscrite en liste B, cela signifie que les plants produits peuvent être commercialisés au sein de l’Union européenne mais ne sont pas éligibles au classement vitivinicole en France.

En France, l'Ugni blanc est officiellement inscrit au "Catalogue des variétés de vigne" sur la liste A et classé. Cette variété est également inscrite aux catalogues d'autres pays membres de l'Union européenne : Bulgarie, Chypre, Croatie, Espagne, Grèce, Italie, Malte et Portugal.

Evolution des surfaces cultivées en France

Les chiffres indiqués proviennent des cadastres viticoles (IVCC, ONIVIT, ONIVINS), des recensements généraux de l’agriculture (SCEES-INSEE), et du casier viticole informatisé (DGDDI).

Année
ha

1958

62399

1968

93762

1979

127468

1988

102973

1998

96740

2008

83182

2018

87039

Éléments de description

Seuls les principaux éléments ampélographiques permettant de caractériser les variétés et de les identifier ont été retenus. Ils sont décrits selon le code de description reconnu par l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (O.I.V), l’Union de la Protection des Obtentions Végétales (U.P.O.V) et Bioversity International. Les photographies de feuilles et de grappes ont été prises en conditions naturelles, sur souches, dans des situations très voisines quant aux conditions de culture (sol sableux – littoral méditerranéen) : - Domaine de l'Espiguette (IFV), Le Grau de Roi (Gard), - Domaine de Vassal (INRA), Marseillan (Hérault), - Campus de la Gaillarde (Montpellier SupAgro), Montpellier (Hérault). Seules quelques photographies ont été prises dans d’autres régions viticoles.

L’identification fait appel :
- à l’extrémité du jeune rameau qui présente une très forte densité des poils couchés,
- aux jeunes feuilles de couleur jaune,
- aux rameaux herbacés avec des nœuds effacés ou aplatis,
- aux feuilles adultes de grande taille, de couleur vert clair non uniforme, entières, à trois ou à cinq lobes, avec un sinus pétiolaire peu ouvert ou à lobes chevauchants, des dents moyennes à longues, à côtés rectilignes ou convexes, une pigmentation anthocyanique des nervures nulle, un limbe tourmenté, involuté sur les bords, légèrement gaufré, bullé et à la face inférieure, une densité moyenne des poils couchés,
- aux grappes très longues, en queue de renard, parfois fasciées à l’extrémité,
- aux baies qui sont de forme arrondie et dont l’épiderme peut prendre une teinte légèrement rosée en sur-maturité.

Profil génétique

Le profil génétique de la variété est donné pour les 9 marqueurs microsatellites (ou SSR) retenus dans le cadre du programme européen « GrapeGen06 » (http://www1.montpellier.inra.fr/grapegen06 ). Les valeurs absolues de taille d’allèle peuvent varier légèrement d’un laboratoire à l’autre mais les différences relatives entre les deux allèles d’un microsatellite sont stables. Les analyses génétiques ont été réalisées par l’équipe Génétique Vigne de l’INRA de Montpellier (Valérie Laucou) et par le Pôle Matériel Végétal de l’IFV (Delphine Legrand).

Microsatellite VVS2 VVMD5 VVMD7 VVMD27 VRZAG62 VRZAG79 VVMD25 VVMD28 VVMD32

Allele 1

131

223

249

176

194

246

240

243

249

Allele 2

141

229

253

180

200

252

254

247

271

Aptitudes culturales et agronomiques

La synthèse des aptitudes résulte d’observations sur le terrain ou, à défaut, du dépouillement et de l’étude de références bibliographiques.

L’Ugni blanc est un cépage très vigoureux qui s’adapte fort bien à des modes de conduite et des systèmes de taille très variés ainsi qu’à des conditions culturales et de milieu très diverses (aire géographique de culture très étendue). Il est préférable de palisser ce cépage car il se montre un peu sensible au vent.

Sensibilité aux maladies et aux ravageurs

Les remarques signalées résultent également d’observations sur le terrain ou, à défaut, de dépouillement et d’analyse de références bibliographiques.

L’Ugni blanc est sensible au mildiou et à l’eutypiose. Il est également très sensible aux nématodes Meloidogyne lorsqu’il est cultivé franc de pied dans les sables. En revanche, il se montre assez peu sensible à l’excoriose et à la pourriture grise sur grappes.

Phénologie

Les stades phénologiques indiqués résultent d’observations réalisées au Domaine de Vassal où l’ensemble de ces variétés sont rassemblées en collection. Les résultats sont exprimés par rapport au cépage de référence le Chasselas B afin de pouvoir établir des comparaisons entre années et entre sites. Ainsi, à titre indicatif, les dates des stades phénologiques du Chasselas B au Domaine de Vassal sont les suivantes : - date de débourrement, le 21 mars (moyenne sur 50 ans) - date de maturité, le 14 août (moyenne sur 50 ans)

Epoque de débourrement : 9 jours après le Chasselas.
Epoque de maturité : 2ème époque, 3 semaines et demie à 4 semaines après le Chasselas.

Potentialités technologiques

Les tailles des grappes et des baies qui sont précisées se rapportent aux échelles suivantes : - Taille : Très petite Variétés de cuve - Grappe (g) ≤ 100 - Baie (g) : 1 Variétés de table - Grappe (g) : 150 - Baie (g) : 2 - Taille : Petite Variétés de cuve - Grappe (g) 100 - 200 - Baie (g) : 1,5 - 2 Variétés de table - Grappe (g) : 150 - 250 - Baie (g) : 2 - 3,5 - Taille : Moyenne Variétés de cuve - Grappe (g) 200 - 250 - Baie (g) : 2 - 2,5 Variétés de table - Grappe (g) : 250 - 400 - Baie (g) : 3,5 - 5,5 - Taille : Grosse Variétés de cuve - Grappe (g) 250 - 400 - Baie (g) : 2,5 - 3,5 Variétés de table - Grappe (g) : Baie (g) : 400 - 700 - Baie (g) : 5,5 - 8 - Taille : Très grosse Variétés de cuve - Grappe (g) 400 - Baie (g) : 3,5 Variétés de table - Grappe (g) : 700 - Baie (g) : 8 Les remarques portant sur les caractéristiques des vins résultent généralement de dégustations.

Les grappes sont très grosses alors que les baies sont petites à moyennes. Selon les conditions de production, il est possible d’élaborer avec l’Ugni blanc des vins blancs secs, relativement neutres mais équilibrés. Il permet également d’obtenir des vins aptes à l’élaboration d’eaux-de-vie de grande qualité.

Sélection clonale en France

Dans cette rubrique, la liste des clones agréés est précisée ; des renseignements sont également fournis sur les conservatoires de clones.

Les onze clones agréés d’Ugni blanc portent les numéros 384, 478, 479, 480, 481, 482, 483, 484, 485, 486 et 638. Un conservatoire de ce cépage est en cours de réalisation dans le vignoble de Cognac ; la première tranche, plantée en 2006, comprend plus de 400 clones.

Références bibliographiques

Les principales sources bibliographiques sont mentionnées.

- Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France. Collectif, 2007, Ed. IFV, Le Grau-du-Roi, France.
- Fonds documentaire du Centre de Ressources Biologiques de la Vigne de Vassal-Montpellier, INRAE - Institut Agro | Montpellier, Marseillan, France.
- Dictionnaire encyclopédique des cépages et de leurs synonymes. P. Galet, 2015, Ed. Libre&Solidaire, France.
- Traité général de viticulture, Ampélographie. P. Viala et V. Vermorel, 1901-1909, Ed. Masson, Paris, France.
- Registro nazionale delle varieta di vite. Ministère de l’agriculture italien, sous le nom de "Trebbiano Toscano", [site web, consulté en 2020].

Description des clones agréés en France

Dans cette rubrique, la liste des clones agréés est précisée ; des renseignements sont également fournis sur les conservatoires de clones.

  • N° de clone
  • Marque
  • Origine

    Région, département ou vignoble dans lequel la souche tête de clone a été repérée et sélectionnée.

  • Sélection

    Organisme(s) ayant effectué la sélection du clone. Pour les clones agréés après 1999, le nom du ou des partenaires de l’IFV ayant participé aux travaux de sélection génétique de la variété considérée, est ainsi associé. (NB : CA = Chambre d’Agriculture).

  • Année d'agrément

    Année au cours de laquelle a été prononcé l’agrément du clone par la section vigne du CTPS.

  • Références agronomiques

    Région, département ou vignoble dans lequel les données agronomiques et technologiques ont été recueillies.

  • Surface en multiplication

    Surface en ha de vignes-mères de multiplication qui permet d’évaluer le potentiel disponible.Pour les clones dont la surface est comprise entre 0,01 et 0,10 ha, il est indiqué à 0,10 ha Pour les clones dont la diffusion est très limitée mais dont on dispose d’informations techniques, il est indiqué < 0,01 ha. Pour les autres clones, il est indiqué “clone peu diffusé”, ce qui signifie que le clone est agréé depuis peu ou qu’il n’a pas été multiplié. Dans les deux cas, seul le matériel initial est planté dans les centres de sélection.

  • B
  • 384

  • Charente

  • ENTAV

  • 1975

  • Gers

  • 6.66 ha

  • Données agronomiques

  • Niveau de production moyen à supérieur

  • Vigueur supérieure

  • B
  • 478

  • Charente

  • ENTAV

  • 1976

  • Gers

  • 2.11 ha

  • Autres informations

  • Note générale port plus étalé

  • B
  • 479

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente

  • 26.36 ha

  • B
  • 480

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente

  • 3.08 ha

  • B
  • 481

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente

  • 3.59 ha

  • Données agronomiques

  • Niveau de production moyen à supérieur

  • B
  • 482

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente;
    Gers

  • 5.10 ha

  • B
  • 483

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente;
    Gers

  • 7.05ha

  • Données agronomiques

  • Niveau de production inférieur à moyen

  • B
  • 484

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente

  • 2.20 ha

  • B
  • 485

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente

  • 6.72 ha

  • B
  • 486

  • Charente

  • INRA

  • 1976

  • Charente

  • 5.89 ha

  • B
  • 638

  • Charente

  • ENTAV

  • 1979

  • Gers

  • 0.34 ha

  • Données agronomiques

  • Niveau de production moyen à supérieur